06 40 73 77 61 namaste@yogabyana.com
Le cadre idéal pour méditer !
Photo de Simon Rae sur Unsplash.

Les méthodes et techniques de méditation sont diverses et variées, il suffit de choisir la méthode qui nous convient le mieux. Mais avec toutes cette diversité, il n’est pas facile de savoir vers quel type de méditation s’orienter lorsque l’on débute. Voici un petit article qui vous expliquera la différence entre chaque procédé.

1. Méditation guidée

La méditation guidée consiste, comme son nom l’indique, à se laisser guider par une voix. Elle peut avoir un but de relaxation, thérapeutique, d’hypnose, de motivation, de détente, de nettoyage émotionnel, ou tout simplement de bien-être. On peut évidemment créer une méditation guidée à partir de tous les types cités ci-dessus.

2. Mindfulness (MSBR)

Relaxation, pleine conscience et sophrologie. La Mindfulness de Jon Kabat-Zinn, telle qu’elle est présentée en Occident, est une série d’exercices de méditation, relaxation et sophrologie qui ont pour but de gérer le stress, l’angoisse et la dépression. Elle est présentée sous la forme de 8 séances espacées d’une semaine.

  • Quatre lettres pour : Réduction du Stress Basée sur la Mindfulness/Pleine conscience ;
  • Quatre lettres pour désigner un protocole en 8 semaines, soit 8 séances au cours desquelles nous abordons différentes façons de répondre au stress au lieu de le subir ;
  • Quatre lettres qui recouvrent un ensemble d’outils accessibles et fondés sur la méditation de pleine conscience.

3. Méditation Vipasana

Considérée comme la plus ancienne technique de méditation bouddhiste, la méditation Vipassana consiste à prendre chaque phénomène qui apparaît, physique ou mental, comme objet de méditation. Le but est de comprendre la réalité de ces phénomènes (Vipassana signifie « voir la réalité comme elle est »).

Deux techniques principales sont enseignées en Occident :

  • La méthode MAHASI invite à simplement observer les phénomènes quand ils apparaissent. C’est la méthode que j’utilise car elle correspond à la vision de la méditation comme un outil temporaire, un « entraînement » et pas comme quelque chose que l’on doit pratiquer toute sa vie sous peine de ne plus se sentir bien. Plus on pratique cette méthode, moins on a l’impression de la pratiquer. Pas parce qu’on ne l’utilise plus, mais parce qu’on l’utilise en permanence sans effort ;
  • La méthode GOENKA, la plus connue, consiste à scanner le corps en suivant un ordre précis (au choix, mais toujours le même), en observant les sensations présentes et en développant l’équanimité par rapport à celles-ci (= ne plus juger mais juste constater). Cette méthode est parfois critiquée parce qu’elle demande un effort de concentration constant qui peut sembler à l’encontre du côté « détente » qu’est supposée amener la pratique. Goenka justifie cette attention délibérée par le fait qu’observer les phénomènes quand ils apparaissent risque de faire sauter l’attention d’un phénomène à l’autre sans réellement avoir le temps de prendre conscience de sensations plus subtiles.

4. Méditation Zen (Zazen)

Le zen vient du Japon, avec un aspect très « rituel » typique aux japonais. Je conseille d’associer la pratique de zazen avec la lecture de textes afin de comprendre la démarche globale du zen dont le centre est le Sutra du Cœur que l’on chante à la fin d’un zazen : Maka Hannya Haramita Shingyo. Il existe deux grandes branches dans le zen :

  • Le zen Sōtō, le plus répandu, invite à s’asseoir en silence, sans but, face à un mur (= face à soi), et à concentrer son attention sur sa posture et sa respiration. Quand des pensées surgissent, on les laisse passer comme des nuages dans le ciel et on revient à sa posture et à sa respiration ;
  • Le zen Rinzai, moins répandu en occident, utilise un kōan, qui est une phrase ou une question paradoxale que pose le maître et que le disciple doit dissoudre (plutôt que résoudre). Comme le kōan ne peut être compris logiquement, il est une invitation au lâcher prise et à une compréhension plus large de la réalité.

5. Méditation Tibétaine

La méditation tibétaine de base se divise en 2 parties : Chiné, la pacification du mental (= concentration), et Lhaktong, la méditation analytique qui permet d’étudier le fonctionnement de notre esprit. Si les tibétains sont ouverts à transmettre la pratique de Chiné à n’importe qui, les pratiques avancées sont plus complexes. Elles se font sous forme de rituels et utilisent des supports tels que des divinités.

La méditation bouddhique, théorisée et pratiquée dans le bouddhisme, diffère de la méditation dans son acception occidentale. Son but ultime est l’atteinte du nirvāṇa. Il existe deux mots correspondant à méditation dans les langues classiques du bouddhisme : le mot sanskrit bhāvanā, qui signifie « cultiver, développer » et le mot tibétain gom, « se familiariser avec des qualités ».

6. Méditation Sonore

La méditation sonore utilise un instrument, de la musique ou tout simplement la voix (sous forme d’un son ou d’un mantra) comme objet de méditation. Même si certains objets sont dédiés à cette utilisation, comme le bol de cristal, tout instrument de musique peut toucher profondément et avoir un effet direct sur les cellules du corps ou sur le fonctionnement du cerveau.

Le son peut être un outil thérapeutique puissant qui permet de calmer l’esprit, d’apaiser les turbulences émotionnelles ou de susciter un état de détente profonde ou de conscience modifiée.

7. Méditation Transcendantale (MT)

La méditation transcendantale (ou MT) est une marque déposée de relaxation et de développement personnel dérivée d’une pratique spirituelle indienne introduite en Occident en 1955 par Maharishi Mahesh Yogi (1917-2008).

La méditation transcendantale est une technique de relaxation et de développement de la conscience qui se pratique à raison de deux séances d’une vingtaine de minutes par jour. Elle consiste à répéter un mantra secret et personnel, choisi par un enseignant. Cette technique, souvent présentée comme une sorte de « pilule magique » (rapide, facile, et qui améliore absolument tous les aspects de votre vie) a été inventée par le gourou Maharishi Mahesh Yogi qui l’a popularisée en Occident. Cette méditation permettrait à l’esprit de se diriger vers un état appelé « conscience pure ».

En bref

Nous venons de faire le tour des méditations qui existent en France et à l’étranger. La méditation est de plus en plus populaire grâce à ses bienfaits, autant sur notre mental que sur notre corps. On la retrouve à chaque fin de cours de yoga et vous pouvez également pratiquer chez vous de manière simple et autonome. Donc maintenant, à vous de choisir celle qui vous convient le mieux !

Namasté !